Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
hevi.over-blog.com

hevi.over-blog.com

Nos aïeux et nous.

La saga de la branche REIG DE LA SERRA selon Michel FERRER

Mas Reig de la Serra
Mas Reig de la Serra

 

 

 

Michel REIG et son épouse Marie Bonnet

 

 

Bonaventure REIG
Claire PY épouse de Bonaventure

 

Michel REIG

 

 

 

Oratoire Saint-Michel. Source : http://albert.callis.over-blog.com/page/97

 

 

 

 

 

 

 

La famille Cordelle raconte l'histoire ainsi :

"Bonaventure Reig est né à Banyuls en 1770, dans le Roussillon.
Il était fils de Jacques Reig et de Françoise Pi, sœur de François Pi, 34ème Duc et Comte de Roussillon.

Pendant les guerres avec l'Espagne, à l'époque de la révolution, Françoise Pi, a été tuée par les Espagnols, pendant que son fils Bonaventure Reig et son mari Jacques REIG étaient emmenés en captivité, probablement comme otages. Ils ne sont jamais revenus et sont morts, l’un dans la forteresse de Figueras, l’autre dans un cachot de Barcelone.

Bonaventure Reig s’est marié vers 1790 avec une cousine : Maria Pi, fille de François Pi, 34ème comte de Roussillon, tué aussi par les Espagnols le 4 février 1794. Parmi leurs enfants, nés avant la captivité et la mort de Bonaventure, il y avait Michel REIG, le fils aîné, né en 1792, le grand-père de la grand-mère de Claude.

Les gros propriétaires terriens de la Catalogne française s'appelaient à l'époque Reig, Sagols, ou Pi. Ce sont des Pi, des descendants de ces propriétaires, qui, installés à Sceaux en 1927, ont organisé la présentation de Maurice ROUGIER à Suzanne Maillet, les futurs parents de Claude Rougier.

Claude raconte les souvenirs laissés par sa grand-mère Pauline : "Les REIG (prononcer Rétch) sont depuis des temps immémoriaux - 7 siècles - propriétaires du mas Reig à Banyuls, fortifié par les Templiers. (La tradition dit que le mas a été fortifié par eux aux 12ème/13ème siècle). Le baron Reig, l'ancêtre, était sans doute templier lui-même."

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article